La LFP soutient le Bleuet de France – Épisode 4/5

Actualité
09/11/2018

À l’occasion de la 13e journée de Ligue 1 Conforama et la 14e journée de Domino’s Ligue 2, la LFP et les clubs professionnels s'associent au Bleuet de France pour venir en aide aux victimes de guerres et d'attentats.

À cette occasion, en partenariat avec l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONACVG), la LFP publie une série d’articles pour accompagner le travail de mémoire de l’association et mieux faire connaître le rôle du football dans ces événements historiques qui ont marqué la France. Ce quatrième épisode est consacré aux joueurs professionnels ayant pris part à la Première Guerre mondiale.

Les joueurs professionnels dans la Première Guerre mondiale

Au total, on comptabilise au moins 22 joueurs de l'Équipe de France de Football ayant perdu la vie pendant la Première Guerre mondiale. Le nombre d'internationaux français devenus soldats est encore plus important : l’occasion de mettre l’accent sur quelques parcours singuliers.

Soldat en 14-18, René Fenouillère fut l’un des acteurs de la plus grande déroute de l'histoire de l'équipe de France. Julien Verbrugghe est, quant à lui, le plus jeune sélectionné de toute l'histoire des Bleus. Enfin, Eugène Maës détient le second record du ratio sélections/nombres de buts marqués. Il est aussi le premier à avoir inscrit un quintuplé pour les Bleus.

René FENOUILLERE (1884-1916)
Né à Portbail (Manche), il est au collège d'Avranches avant de faire ses études en Angleterre. À 19 ans, il est le premier joueur français du Barça. Il poursuit sa carrière au RC Paris et au Red Star FC. En 1908, il est sélectionné aux Jeux Olympiques de Londres, et joue en demi-finale contre le Danemark. La défaite de l’équipe de France, la plus écrasante à ce jour (17-1), est alors qualifiée de "raclée du siècle". Ce sera aussi la seule sélection de René Fenouillère.
En août 1914, il est appelé sous les drapeaux. Nommé adjudant en mai 1915, il est admis deux fois à l'hôpital des suites de sérieuses blessures. Promu sous-lieutenant en juillet 1916, il est tué le 4 novembre, et repose désormais dans le cimetière national de Sillery (Marne). Son nom a été donné au stade de l'US Avranches.


René Fenouillère – © Bibliothèque Nationale de France

Julien VERBRUGGHE (1889-1916)
Né en 1889 à Roubaix, ce joueur a évolué à l'AS Française et au Red Star FC. Il est le benjamin de toute l'histoire de l'Équipe de France de Football, puisqu’il a été sélectionné à seulement 16 ans et 10 mois. Son premier match contre l'Angleterre en 1906 se solde par une défaite 15-0. Il compte quatre sélections entre 1906 et 1911. Lors de son dernier match en 1911 contre l'Italie (2-2), il a évolué aux côtés d'Eugène Maës (cf. ci-dessous), l’auteur des deux buts français de la rencontre.
oldat au 43e Régiment d'Infanterie, il est tué à l'ennemi le 21 août 1916 à Hardecourt Maurepas, pendant la bataille de la Somme, à l’âge de 26 ans. Il est décoré de la Croix de Guerre avec étoile de bronze.
Il est inhumé dans la nécropole nationale d'Albert, à 5 kilomètres de Fricourt, dans la tombe 1892.


Julien VerBrugghe - © allezredstar.com

Eugène MAËS (1890-1945)
Né à Paris, Eugène Maës est recruté au Red Star FC dès l'âge de 19 ans. Il est champion de France en 1912. Rapidement sélectionné en Équipe de France, il compte à son actif pas moins de 15 buts en 11 sélections. C'est le meilleur ratio de toute l'histoire des Bleus après Just Fontaine. C'est aussi le premier quintuple buteur de l'Équipe de France, face au Luxembourg, soldé par une victoire sans appel 8-0 au Stade de Paris à Saint-Ouen.
Mobilisé lors de la Première Guerre mondiale, il est blessé en août 1914 et passe sa convalescence à Caen. À tout juste 24 ans, sa blessure l'empêche de redevenir joueur professionnel. Il signe alors au Stade Malherbe Caen où il joue jusqu’à ses 40 ans. Il devient capitaine du club.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est propriétaire d’une école de natation localisée non loin du siège de la Gestapo à Caen. Maës ne fait pas mystère de son hostilité pour les nazis. Des suites d’une invective adressée directement à la maîtresse de l’un des chefs locaux de la Gestapo, il est dénoncé et déporté à Dora où il meurt en mars 1945.

Eugène Maës – © ONACVGEugène Maës – © ONACVG

Les joueurs de l'Équipe de France morts pendant la Grande Guerre :

Gardiens :
Loubière Jean, Gallia Club Paris. 1 sélection. Tué le 04/02/1915 à 23 ans.

Défenseurs :

Dujardin Charles, US Tourcoing. 1 sélection. Tué le 29/09/1914 à 26 ans.

Milieux :

Denis Julien, Racing Club Calais. 2 sélections. Tué le 15/08/1914 à 27 ans.
Dusart Émile, RC Roubaix. 1 sélection. Tué le 03/03/1919 à 26 ans.
Gressier Raoul, RC Calais. 1 sélection. Tué le 06/10/1915 à 29 ans.
Jenicot Jules dit Albert, RC Roubaix. 3 sélections. Tué le 22/02/1916 à 31 ans.
Petel Eugène, AS Amicale. 1 sélection. Tué le 22/09/1914 à 26 ans.
Six Pierre, Havre Athlétique Club et Olympique Lillois. 1 sélection. Tué le 07/07/1916 à 28 ans.
Vialaret Justin, Club athlétique (CA) de Paris. 1 sélection. Tué 30/09/1916 à 32 ans.

Attaquants :

Camard René, AS Française et Red Star. 1 sélection. Tué le 16/03/1915 à 28 ans.
Fenouillère René, Red Star. 1 sélection. Tué le 04/11/1916 à 34 ans.
François André, RC Roubaix. 6 sélections. Tué le 17/03/1915 à 29 ans.
Géronimi Charles, AF Garenne-Colombes. 1 sélection. Tué le 09/11/1918 à 23 ans.
Gigot Raymond, Club français. 1 sélection. Tué le 29/05/1915 à 30 ans.
Guéguen Ernest, US Saint-Servan. 1 sélection. Tué le 25/09/1915 à 30 ans.
Hitzel Victor (né Louis), JA Levallois. 1 sélection. Tué le 13/01/1915 à 31 ans. 
Lesmann Émile, JA Saint-Ouen. 1 sélection. Tué le 13/09/1914 à 23 ans.
Morel Pol, Red Star. 2 sélections. Tué le 28/09/1915 à 25 ans.
Puget André, Racing Club de France. 1 sélection. Tué le 09/05/1915 à 33 ans.
Royet Marius, US parisienne. 9 sélections. Tué le 08/11/1918 à 38 ans.
Verbrugghe Julien, Red Star. 4 sélections. Tué le 21/08/1916 à 26 ans.
Vial Francis, Club athlétique de Vitry. 1 sélection. Tué le 18/11/1914 à 34 ans.


> Retrouvez les autres épisodes de la série « Football & Mémoire »

> Si vous souhaitez vous aussi soutenir l’association, faites un don sur le site de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre.








L'email a bien été envoyé
OK