Jouons la collectif

« AU STADE, LES DIFFÉRENCES SE FONT SUR LE TERRAIN » CINQUIÈME ÉTAPE À MARSEILLE

« AU STADE, LES DIFFÉRENCES SE FONT SUR LE TERRAIN » CINQUIÈME ÉTAPE À MARSEILLE

Jouons la collectif
Publié le 16/05 à 18:08 - LFP

Partager

Dans le cadre de sa campagne « Au stade, les différences se font sur le terrain », la LFP diffuse le cinquième et dernier épisode de la web-série consacrée à l’accessibilité avec @unseensamy à l’Orange Vélodrome, à Marseille.

Au tour du Vélodrome ! Pour le cinquième et dernier épisode de la campagne de la Ligue de Football Professionnel « Au stade, les différences se font sur le terrain », réalisé en collaboration avec AONO et diffusé sur les réseaux sociaux de la LFP, @unseensamy s’est rendu dans le stade de l’Olympique de Marseille pour mettre en lumière l’accueil réservé aux supporters en situation de handicap à l’occasion d’un match de Ligue 1 Uber Eats.

Handifan Club OM, plus grosse association de SSH en France

Dans ce nouveau volet de la web-série de la LFP consacrée à l’accessibilité, Nabil, supporter marseillais en situation de handicap accompagné de son père, fait découvrir à Samy sa routine confortable à l’Orange Vélodrome grâce à l’association Handifan Club OM, la plus grosse association en France de supporters en situation de handicap avec 500 membres présents par rencontre.

 

Voiturette pour accéder à sa place, emplacement idéal, écrans et audiodescription pour mieux suivre les matchs de son club de cœur… Nabil se sent comme un poisson dans l’eau à l’Orange Vélodrome. « Mon père a décidé de m’inscrire dans cette association qui s’appelle l’Arc-En-Ciel (association avec laquelle HandifanClub OM collabore, NDLR) vu que j’ai des problèmes de vue, je suis malvoyant, je me suis inscrit là-bas pour apprendre le braille, avoir une bonne culture », raconte le jeune supporter de l’OM.

Une organisation gérée d’une main de maître par René Poutet, Président d’Handifan Club OM et habitué du Vélodrome depuis 73 ans, qui demeure en contact permanent avec Cécilia Barontini, Directrice générale de Treizième Homme s’occupant des projets sociaux de l’OM pour que ce collectif soit bien huilé.  « L’enjeu est là, assure-t-elle, que chacun puisse venir, […] qu’on arrive à compenser par les aménagements qu’on va faire ou par les facilités qu’on va proposer. »

« La liberté, c’est ça »

Un sentiment partagé par Adda, fan du club de la cité phocéenne. « C’est important d’appartenir à une histoire. L’OM a une histoire. Même en situation de handicap, j’ai l’impression que j’appartiens aussi à cette histoire. Il n’y a aucun match où je n’ai pas pu aller parce que ce n’était pas accessible. C’est capital quand tu es handicapé d’avoir le choix. Que je puisse venir au stade quand je veux et à l’heure que je veux. La liberté, c’est ça. »

Après avoir rendu visite à l’Olympique Lyonnais, au FC Metz, au Paris Saint-Germain, à l’AS Saint-Etienne et donc à l’Olympique de Marseille pour mettre en avant l’accueil du public en situation de handicap dans les stades de Ligue 1 Uber Eats et de Ligue 2 BKT, la LFP réitère son engagement quotidien sur l’accessibilité et poursuivra ses travaux ainsi que ses actions afin de favoriser l’accessibilité et l’inclusion de tous les spectateurs.