Nancy : Perrin, le globe-trotter de retour au bercail

Alain Perrin, le nouvel entraîneur de l'ASNL.
Domino's Ligue 2
02/11/2018

Par AFP

Alain Perrin, ancien entraîneur de l'OM et l'OL qui a aussi beaucoup exercé dans le Golfe et même jusqu'en Chine, a accepté de revenir sur le banc de l'AS Nancy Lorraine, son club de cœur où il a débuté sa carrière de technicien.

Arrivé en tant que conseiller du nouveau président Jean-Michel Roussier deux semaines plus tôt, Alain Perrin a été propulsé entraîneur samedi dernier après la mise à l'écart de Didier Tholot, qui était parvenu à maintenir in extremis l'AS Nancy Lorraine en Domino's Ligue 2 en mai dernier.

« On a cherché des solutions internes et assez rapidement les dirigeants ont senti que si j'étais un "N.1 bis", ça aurait créé une situation ambigüe dans le vestiaire. On n'avait pas reçu de candidature idoine donc le président Roussier m'a proposé de devenir momentanément l'entraîneur et je me suis laissé convaincre », a expliqué Alain Perrin, précisant que « l'intérim devrait durer jusqu'à la trêve hivernale. »

Mi-octobre, le technicien de 62 ans avait pourtant déclaré lors de sa présentation que sa carrière d'entraîneur était derrière lui et qu'il n'aspirait pas à rechausser les crampons.

« Nancy était le seul qui pouvait me faire revenir dans le football. Quand Jacques Rousselot (président historique qui vient de céder son fauteuil, NDLR) m'a appelé, je n'ai pas hésité longtemps », reconnait-il. « C'est mon club de cœur et j'ai voulu lui rendre ce qu'il a donné au club. »

L'expérimenté technicien a du pain sur la planche pour "remettre le navire à flot" puisque l'ASNL n'a gagné qu'un seul de ses 12 premiers matches de championnat et compte déjà cinq longueurs de retard sur le barragiste, Auxerre.

« Un choix très judicieux »

Frédéric Biancalani, qui l'a connu à son arrivée au centre de formation de l'AS Nancy Lorraine, en 1990, juge que c'est l'homme de la situation. « C’était quelqu’un de très pédagogue, qui voulait nous faire avancer individuellement, nous faire découvrir le métier. Je lui suis très reconnaissant. Au départ, son retour m’a surpris. Mais je suis ravi. C’est un choix très judicieux et pertinent », estime-t-il.

« C’est quelqu’un de la région, il a été joueur, formateur, directeur de centre, et aujourd’hui, il boucle la boucle puisqu’il n’avait pas entraîné les pros. C’est un beau symbole. Qu’il ait accepté le challenge est quelque chose de fort », ajoute-il.

Christophe Galtier, qui a été son adjoint de 2004 à 2009, n'est pas surpris non plus qu'il ait décidé de replonger pour son club de cœur et estime qu'il peut redresser la situation. « Il est très très attaché à Nancy et ça ne me surprend pas qu'il accepte la mission qui lui est proposée. Avec son vécu et son expérience, il va amener de la rigueur, de l'exigence mais aussi de la confiance aux joueurs », prédit-il.

Scepticisme

Toutefois, l'arrivée de Perrin sur le banc ne fait pas l'unanimité autour de l'ASNL. « Je n’ai rien contre lui. Mais si c’est pour faire du court terme encore une fois, on voit déjà où ça nous a menés. Il n’y a aucune perspective. Il n’y a plus d’âme dans ce club, plus de vision à long terme. On a l’impression de voir un club fantôme », se désole un ancien joueur auprès de l'AFP. « J’espère évidemment que ça va marcher. Mais lui tout seul, ça ne suffira pas. C’est bien plus profond comme problème. »

Malgré ce scepticisme, Alain Perrin s'est déjà mis au travail pour préparer le match capital contre le Clermont Foot, vendredi : « Ça se passe très bien avec le groupe et le staff. Je pose les jalons, je suis dans la prise d'informations. On essaie d'impulser un choc psychologique auprès des joueurs, qui sont à l'écoute. On travaille dans la continuité, même si le discours et les méthodes sont un peu différentes. C'est le changement dans la continuité. »

AS Nancy Lorraine
-
Clermont Foot







L'email a bien été envoyé
OK
  • Partenaires Canal Plus BeIn Sport domino's Fiat Tipo ballon uhlsport la poste