Matchs en direct

15:00

Le Mans, une remontée comme un bolide

Equipe
Domino's Ligue 2
07/06/2019

Par AFP

Fraîchement promu en Domino's Ligue 2, les dirigeants du Mans FC reviennent sur l'incroyable remontée du club.

« On est monté dimanche, on a célébré lundi et on a déjà pris des décisions mardi », explique l'entraîneur Richard Déziré. Avec trois montées en trois ans pour retrouver en Domino’s Ligue 2, tout va très vite pour Le Mans FC. Le but de Mamadou Soro, au bout du temps additionnel (1-2, 2-0) lors des Barrages retour contre le Gazélec Ajaccio a précipité le club sarthois dans une nouvelle course contre la montre. « Il y a besoin de souffler, de bien récupérer », admet le technicien, mais il y a surtout « besoin de bien se préparer et aussi de prendre des décisions » car « on a encore moins de temps que les années précédentes », confie le coach. « Remonter comme ça trois fois de suite, ça fait partie de l'ADN » du club, assume-t-il, fier du mental de son équipe.

Déjà avant les Barrages, Le Mans FC avait vécu un scénario improbable. Bien parti durant la saison régulière pour une passe de trois montées inédites à ce niveau, Le Mans a failli tout perdre entre la 22e et la 29e journées avec 2 nuls et 6 défaites, dont la dernière, à Laval (3-1), rival direct pour la 3e place.

« Rien n'est obtenu facilement »

« Quand on perd là-bas, 5 points (de retard à cinq journées de la fin), c'est beaucoup, mais sur le match suivant on revient à deux points et ça a permis de remettre un coup de collier pour passer devant », raconte le coach. Son équipe gagne les cinq matches suivants et dépasse finalement Laval, au courage. « On sait que rien n'est obtenu facilement. On est habitué à lutter et à devoir s'arracher. Ce sont des valeurs que j'aime bien inculquer et auxquelles les joueurs sont super-réceptifs », glisse-t-il.

« Le plus bel exploit, c'est d'avoir su rebondir », confirme le président Thierry Gomez, dont l'arrivée au club en 2016, coïncide avec la remontée mancelle. L'ancien dirigeant de l’ESTAC (2004-2009) a ramené le club au monde professionnel six ans après une liquidation judiciaire qui l'avait relégué au sixième échelon national. Il s'applique cependant à éviter tout emballement : « Celui qui croit avoir la recette dans le football, c'est le début de la fin (...) Comme les Anglais disent: from hero to zero, on passe vite d'être un héros à un zéro ».

Le MMArena revit

Avant cela, « on jouait à la Pincenardière (le centre d'entraînement) le dimanche après-midi, il y avait 3-400 personnes, on s'entraînait dans les conditions du moment et ce n’était pas simple du tout », se rappelle Richard Déziré. « Et c'est vrai qu'avoir fait guichets fermés à 23.000 (contre Ajaccio à l'aller), être à plus de 8.700 de moyenne sur les matches officiels au MMArena cette saison, c'est une belle satisfaction », complète-t-il. « Les gens s'accaparent ce stade qui est magnifique et qui est un bel outil pour développer le futur du club », ajoute l'entraîneur.

Avec ces chiffres, Le Mans aurait eu la 8e affluence en Domino's Ligue 2. La saison prochaine, Thierry Gomez espère figurer « entre la 10e et la 5e place, voire un peu mieux ». Pour cela, il faudra, comme les deux derniers étés, chambouler l'effectif pour l'adapter aux exigences de la Domino's Ligue 2. « C'est très douloureux parce qu'on se dit qu'on casse peut-être quelque chose mais c'est nécessaire si on veut continuer à avancer », résume Déziré.

Hors du terrain aussi le chantier est de taille : « Il y a des choses qu'on doit améliorer, c'est une évidence absolue, dans le médical, sur les terrains, dans les staffs, chez les joueurs », le tout « sans amener trop de confort (...) pour garder cette culture de faire les efforts nécessaires », conclut-il.

> Le Mans : Déziré prolongé de 2 ans








L'email a bien été envoyé
OK
  • Partenaires Canal Plus BeIn Sport domino's Fiat Tipo ballon uhlsport la poste