PSG : Buffon raconté par ses ex-coéquipiers

Le gardien italien Gianluigi Buffon pour son premier entraînement au PSG.
Ligue 1 Conforama
09/07/2018

Alors que le PSG a officialisé vendredi l'arrivée de Gianluigi Buffon, trois de ses ex-coéquipiers évoquent leurs souvenirs avec le gardien italien.

« Une légende », « un très grand monsieur », « un leader naturel »... En lançant son mercato estival avec l'arrivée de Gianluigi Buffon, le Paris Saint-Germain n'a pas uniquement recruté l'un des meilleurs gardiens de l'histoire mais aussi un joueur qui fait l'unanimité auprès de ses coéquipiers. Trois de ses ex-partenaires se confient sur le gardien international italien (176 sélections), qui s’apprête à découvrir la Ligue 1 Conforama après 17 ans à la Juventus. Vainqueur de la Coupe du monde de la FIFA 2006, multiple champion d’Italie et triple finaliste de l’UEFA Champions League, le portier de 40 ans devrait apporter son expérience à l’effectif parisien. Mais pas que.

BOUMSONG : « Pas vu meilleur gardien sur sa ligne »

« Au cours de ma carrière, j’ai eu la chance de jouer avec des gardiens comme Cañizares, Reina, Dudek et Buffon. Et franchement, quand tu as Buffon dans les buts, ça rassure tout le monde, ça donne confiance à toute l’équipe car il te fait gagner des matchs. Pour moi, c’est une légende », explique Momo Sissoko. Même son de cloche chez Jean-Alain Boumsong : « Il y a de très grands joueurs à l’entraînement mais parvenir à reproduire les mêmes choses en match, dans les grands moments, avec le stress qui peut exister, c’est quelque chose de totalement différent. Et Buffon, oh la la… Sa gestion des émotions, sa régularité… De toute ma carrière, je n’ai pas vu meilleur gardien sur sa ligne. Il a une envergure énorme, des super réflexes et il réussit aussi à aller très vite au sol ».

Des qualités qui ont permis à l’international italien de terminer 2e du classement du Ballon d’or en 2006, l’année du sacre mondial de la Squadra Azzurra, ou encore 4e en 2007. Landry Bonnefoi est encore mieux placé pour analyser le style Buffon. Formé à l’AS Cannes, celui qui était cette saison le 3e gardien du RC Strasbourg Alsace a signé à la Juventus en 2001, lors de l’été qui a vu Gianluigi Buffon débarquer de Parme. « Ce qui m’impressionne le plus chez lui, c’est son placement. Il est toujours parfaitement positionné, ce qui lui rend les arrêts plus faciles. Par rapport à l’époque où j’étais sous contrat à la Juve, il a aussi su progresser dans son jeu au pied. Ce n’était pas son point fort et il s’est beaucoup amélioré depuis », précise Landry Bonnefoi.

« Le côtoyer à mes débuts, c’était quelque chose de génial car on apprend énormément à ses côtés même si on sait qu’avec un gardien numéro 1 comme ça, on ne va pas souvent jouer (rires). Il m’a aidé dans ma progression car il communiquait énormément. Il aime son métier et partager avec les autres gardiens », poursuit Landry Bonnefoi, à son contact entre 2001 et 2006. « Pour être si complet, il travaille très dur à l’entraînement mais sans oublier de rire ».

SISSOKO : « Humainement aussi, c’est la grande classe »

Au-delà de ses prouesses gants aux mains, les trois ex-coéquipiers du néo-Parisien ont été marqués par l’homme. Un joueur avec qui ils avaient l’habitude d’aller régulièrement dîner en ville, quand ce n’était pas David Trezeguet qui accueillait, se souvient Jean-Alain Boumsong, son coéquipier entre 2006 et janvier 2008. « C’est un optimiste, quelqu’un qui reste toujours positif, mais attention, c’est aussi un sensible, un passionné, qui aime les gens. Chaque jour, il me glissait un petit mot en français. Et surtout, « Gigi » était toujours de bonne humeur, toujours avec le sourire », raconte l’ex-défenseur des Bleus. « Il a aussi démontré qu’il était fidèle, loyal. Comme Nedved et Del Piero, il a décidé de rester à la Juve en 2006 malgré la descente en Serie B pour des raisons autres que sportives. Il venait pourtant d’être sacré champion du monde », ajoute l'ancien joueur de l'AJA et de l'OL.

Momo Sissoko, qui a croisé Boumsong en 2008 avant de rester trois saisons et demie à Turin, se rappelle lui aussi d’un « mec très chaleureux et qui aime déconner ». Les superlatifs se bousculent dans la bouche de l’international malien. « Gigi est une très grande personne, un très grand professionnel. Avec Del Piero et Nedved, c’est l’un des premiers qui m’a pris sous son aile à mon arrivée, pour faciliter mon adaptation. Il ne m’a laissé que des bons souvenirs. C’est un grand champion et, humainement aussi, c’est la grande classe. Il respectait chacune des composantes du club, jusqu’au magasinier », décrit Momo Sissoko.

Dans un effectif parisien désormais orphelin de son vice-capitaine Thiago Motta, qui a raccroché en fin de saison à bientôt 36 ans, son ancien partenaire en équipe d’Italie Gianluigi Buffon pourrait très vite avoir un grand rôle à jouer. « Je ne connais pas le vestiaire du PSG mais une personnalité comme la sienne, un champion avec un tel charisme, ne peut être que bénéfique. C’est un vrai leader, il vous porte », estime Landry Bonnefoi. Jean-Alain Boumsong s’accorde avec le gardien strasbourgeois pour saluer l’importance de Gianluigi Buffon au sein d’un groupe : « C’est quelqu’un de très positif, un compétiteur qui ne baisse jamais les bras. Il veut gagner à tout prix et parvient à communiquer sa grinta, à entraîner les autres avec lui ».

La recrue idéale pour le PSG ?

Désormais âgé de 40 ans, Gianluigi Buffon va attaquer sa 24e saison chez les professionnels. Une longévité qui ne remet pas en cause son efficacité à court terme selon ses ex-coéquipiers de la Juve et notamment Momo Sissoko : « Vu le projet du PSG, c’est la recrue idéale. En France, on parle beaucoup de son âge mais un gardien de cette envergure va aider le PSG à grandir et à aller plus loin en UEFA Champions League. Peut-être même à la gagner ». Landry Bonnefoi se situe sur la même longueur d’ondes : « Il a montré qu’il pouvait toujours évoluer au plus haut niveau. Il suffit de regarder son quart de finale de Champions League contre le Real Madrid. »

Utilisé avec davantage de parcimonie en 2017/2018, le grand brun aux yeux bleus facture tout de même 34 matchs toutes compétitions confondues avec la Juventus, 41 si l’on ajoute l’équipe d’Italie. « Il était encore titulaire dans l’un des meilleurs clubs de la planète. Même s’il y a deux bons gardiens au PSG, Buffon a évidemment sa place. Son arrivée va apporter sur le plan marketing mais sur le terrain également. Sur le long terme, on peut se poser des questions mais pour un an ou deux, et si le PSG veut remporter la Champions League dès la saison prochaine, son recrutement fait sens », estime Jean-Alain Boumsong. Avant de conclure : « C’est un gardien qui sait remporter de grandes compétitions, gérer les émotions intenses et qui se montre décisif dans les grands moments. Peu importe son âge, il a prouvé qu’il était encore au niveau ».

> Tous les mouvements du mercato








L'email a bien été envoyé
OK
  • Partenaires Canal Plus BeIn Sport Conforama TAG HEUER ballon uhlsport la poste