Lille : Galtier et son staff, un fonctionnement participatif

Christophe Galtier (LOSC)
Ligue 1 Conforama
22/02/2019

Par AFP

L'entraîneur du LOSC, qui sera en tribunes à Strasbourg (vendredi à 20h, 26e journée de Ligue 1 Conforama), parle de ses adjoints Joao Sacramento et Thierry Oleksiak.

« Mon mode de fonctionnement est très participatif, je considère que tous mes collaborateurs du staff technique et médical sont mes adjoints » : Christophe Galtier, l'entraîneur du LOSC, sera suspendu et donc en tribunes vendredi à Strasbourg. Mais ça ne l'inquiète pas car il se sent bien entouré.

Le technicien nordiste, qui a écopé de deux matches de suspension de la part de la commission de discipline de la FFF pour des « propos dégradants » envers son homologue rennais Julien Stéphan à la fin d'un match de Coupe de France, commencera en effet à purger sa sanction à la Meinau.

Ses deux adjoints principaux, le Portugais Joao Sacramento, qu'il a découvert la saison dernière, et le Français Thierry Oleksiak, qu'il côtoie depuis de nombreuses années, seront donc sur le devant de la scène lors de ce match important dans la course aux place européennes.

« Avec Thierry, on s'est connu comme joueurs à Angers SCO (1993-1994) puis on s'est retrouvé à l'AS Saint-Etienne. Il me connaît parfaitement. Il sait à quel moment on doit intervenir sur moi. Joao, il a une grande connaissance du jeu et des nouvelles méthodes d'entraînement », explique à l'AFP l'ancien entraîneur de l'ASSE.

« Pas un au-dessus de l'autre »


« Il n'y en a pas un qui est placé au-dessus de l'autre », insiste-t-il. « Chacun doit amener ses compétences et les mettre à disposition du staff et du groupe ».

Oleksiak et Sacramento ont notamment en charge l'élaboration des séances d'entraînement par rapport aux objectifs fixés par Christophe Galtier : « Je demande des axes de travail, ils proposent des exercices et je valide ».

Et ce sont eux qui sont les grands animateurs de ces séances, donnant de la voix pour motiver, recadrer ou donner des conseils aux joueurs.

« J'ai été adjoint pendant 11 ans avec différents entraîneurs. Je connais les plaisirs et les frustrations que tu peux avoir. Je sais qu'il n'y a rien de pire que de proposer des choses, qu'elles soient retenues mais que tu ne participes pas à leur mise en place à l'entraînement. Ca créé de la frustration », souligne « Galette » auprès de l'AFP.

Ce rôle important accordé à ses adjoints permet à l'entraîneur nordiste de pouvoir être encore plus attentif aux performances de ses protégés et aux signaux qu'ils peuvent renvoyer durant les séances.

« J'ai plus de recul. Je peux donc être dans l'observation du détail, voir l'état de forme, le comportement des joueurs, des signes précurseurs de fatigue », note Galtier. « C'est ça le management, il faut anticiper les méformes et les absences ».

« Questionnement permanent »


Après la saison cauchemardesque vécue l'an dernier, le staff lillois a été grandement renforcé l'été dernier pour améliorer notamment la préparation physique, la récupération et l'analyse vidéo.

« J'ai beaucoup de compétences dans mon staff donc quand je dois prendre des décisions importantes, ça se fait automatiquement autour d'une table avec tout le monde. Même si je reste le seul décideur, je suis dans le questionnement permanent, je leur demande leur avis pour essayer de ne pas faire d'erreur », expose Galtier.

Concrètement, quand il n'est pas sur le banc, le technicien lillois est plutôt serein et peu interventionniste depuis les tribunes.

« Généralement, je laisse Thierry et Joao gérer. On n'est pas loin si on a besoin d'échanger. On n'anticipe rien et on voit les sensations à la pause. Et on se concerte pour les changements », explique Galtier.

Et les joueurs dans tout ça ? Pourraient-ils être déstabilisés par son absence ?

« Ca ne change rien car le coach va nous dire ce qu'on doit faire avant le match et puis on parle beaucoup entre nous sur le terrain », juge Gabriel, le défenseur central brésilien.

« Je pense que de manière épisodique, ça ne les perturbe pas car je suis là avant le match et à la mi-temps », estime Galtier. « Il ne faut surtout pas que ça soit une excuse ».


> Les arbitres de la 26e journée de Ligue 1 Conforama








L'email a bien été envoyé
OK
  • Partenaires Canal Plus BeIn Sport Conforama Fiat Tipo TAG HEUER ballon uhlsport la poste