Le début d'une ère radieuse pour la Ligue 1 Conforama ?

Les champions du Monde marseillais présentent le trophée au public de l'Orange Vélodrome.
Ligue 1 Conforama
11/08/2018

Par AFP

Effet Coupe du monde, investisseurs étrangers... Cela annonce-t-il une période faste pour la Ligue 1 Conforama ?

La France sacrée championne du monde, des investisseurs étrangers séduits, un public de plus en plus nombreux et des droits TV record : la Ligue 1 Conforama, qui fait sa rentrée ce week-end, vit une conjoncture très favorable pour poursuivre son développement et rattraper son retard sur ses concurrents étrangers.

La Ligue de football professionnel (LFP) pouvait-elle espérer un meilleur alignement des planètes ? « Est-ce qu'il est parfait, je ne sais pas. Mais, en tout cas, il est excellent et il faut qu'il dure », se félicite auprès de l'AFP Nathalie Boy de la Tour, la présidente de LFP.

« Il nous manque juste une Ligue des Champions », ajoute-t-elle sur le ton de l'humour, comme pour rappeler le chemin qu'il reste à parcourir pour se hisser à la hauteur des ligues anglaise, espagnole, allemande et italienne.

Excellence de la formation et "Ligue des talents"


Mais avec huit internationaux français vainqueurs du Mondial en Russie cet été, sans compter la dizaine qui sont passés par un centre de formation de l'un de ses clubs (Paul Pogba, Raphaël Varane...) avant d'aller offrir leurs talents à l'étranger, la Ligue 1 Conforama peut elle aussi revendiquer sa part du succès.

Si bien que, comme à Marseille vendredi, les supporters qui ont vibré durant les exploits des Bleus pourront célébrer leurs champions et admirer le trophée de la Coupe du monde à Lyon et Paris dimanche, puis à Monaco en septembre.

Pour la Ligue 1 Conforama, qui a lancé un nouveau slogan pour accompagner partout son logo -- "La Ligue des talents" --, le moment est idoine pour notamment célébrer "l'excellence française" en matière de formation, sa principale marque de fabrique par rapport à ses concurrents étrangers.

« La Ligue 1, c'est la Ligue de France. Même s'il n'y a que huit joueurs de l'équipe de France qui sont en Ligue 1 Conforama, il y a quand même le mot "France" qui est là en fil conducteur. Cela donne envie à des investisseurs de regarder ce qu'il se passe en France », espère le directeur général de la LFP Didier Quillot.

Afflux d'investisseurs étrangers


Force est de constater que cela fonctionne plutôt bien. Depuis l'arrivée de Qatar Sports Investments au Paris SG et du milliardaire russe Dmitri Rybolovlev à l'AS Monaco en 2011, la montée en puissance des investisseurs étrangers n'a cessé de s'accélérer.

De l'Olympique de Marseille, racheté par l'homme d'affaires américain Frank McCourt, à l'OGC Nice, contrôlé par un consortium d'investisseurs américains et chinois, la plupart des meilleurs clubs du championnat de France sont désormais dans l'orbite d'un investisseur étranger.

Le dernier en date ? Bordeaux, propriété du Groupe M6 depuis 1999, est en passe d'être cédé au fonds d'investissement américain General American Capital Partners (GACP). L'accord sur la vente pour une somme comprise entre 70 et 100 millions d'euros devrait être finalisé d'ici la fin septembre.

« C'est une évidence que les progrès effectués par la Ligue 1 Conforama, comme le résultat de la Coupe du monde d'ailleurs, démontrent que le football français est compétitif. Les investisseurs viennent des États-Unis mais aussi d'un peu partout à travers le monde maintenant », s'est félicité Frank McCourt dans un entretien vendredi au quotidien L'Equipe.

Droits TV records et boom des spectateurs ?


A partir du cycle 2020-2024, ils verront leur moyens décuplés pour investir tous azimuts, aussi bien dans leurs infrastructures que sur le marché des transferts, grâce à l'explosion des droits TV domestique : 1,153 milliard d'euros à se partager chaque année, contre 726 M EUR annuels sur la période 2016-2020, soit une hausse de plus de 60%.

Avec l'irruption du groupe espagnol Mediapro, qui a raflé les principaux lots mis aux enchères par la LFP, le championnat de France va passer dans une autre dimension.

« Les droits étaient sous-évalués avant. Ils correspondent plus à la réalité du vrai niveau de la Ligue 1 Conforama désormais. Mais ils vont augmenter, ils doivent augmenter ! Nous allons continuer à améliorer l'attractivité du Championnat en attirant toujours plus de talents et en les gardant », a espéré Frank McCourt.

Et au-delà d'un boom de ses audiences TV, le championnat de France, avec les nouveaux stades hérités de l'Euro-2016, le retour partiel des "tribunes debout" et l'effet Mondial, peut aussi s'attendre à une hausse de ses affluences.

En 1998, l'affluence moyenne par match était passée de 15.187 spectateurs à 19.720, soit une augmentation de 30%, tandis que l'arrivée de Neymar au PSG l'été dernier avait fait passer l'affluence moyenne de 21.208 à 22.544. Le cap des 25.000 sera-t-il atteint au soir de la 38e journée ?








L'email a bien été envoyé
OK
  • Partenaires Canal Plus BeIn Sport Conforama Fiat Tipo TAG HEUER ballon uhlsport la poste