Galtier : «Important de nous replacer au classement»

Christophe Galtier (LOSC)
Ligue 1 Conforama
04/12/2019

Par AFP

Découvrez les déclarations des entraîneurs après les quatre premiers matchs de la 16e journée de Ligue 1 Conforama.

Olympique Lyonnais
-
LOSC
: 0 - 1


Rudi Garcia (entraîneur de l'OL) : « C'est un coup d'arrêt. Nous ne méritons pas de gagner mais nous ne méritons pas de perdre non plus dans un match très tactique et fermé. Nous avons de bonnes situations en première période notamment par Memphis. Nous avons eu moins d'occasions en seconde avec une meilleure organisation. Dans ce type de match, ce sont les coups de pieds arrêtés qui font la différence ou l'équipe qui commet la première erreur, et c'est nous qui l'avons commise. Nous avons été présents dans la détermination alors que nous avons été entamés physiquement. Lille marque avec peu d'occasions hormis sur la reprise de la tête d'Osimhen en première période. J'ai bien aimé le premier quart d'heure de la seconde période mais il faut conclure sur les temps forts. Nous ne parvenons pas à enchaîner trois victoires de suite et pour le classement, le championnat est encore long. Et quand on ne peut pas gagner, il faut savoir ne pas perdre » .

Christophe Galtier (entraîneur du LOSC) : « Le soulagement, c'est la victoire. Le classement à l'extérieur, c'est autre chose. Il était important de faire une série en gagnant deux matches d'affilée et de nous replacer au classement général. Les victoires sont importantes dans une période au cours de laquelle nous jouons beaucoup par rapport à une dynamique que je dois créer. J'ai trouvé les joueurs bien contre un adversaire comme nous, qui a joué le même nombre de matches. Nous sommes restés organisés durant tout le match avec le respect du plan de jeu. Notre jeu a été sûrement plus direct pour étirer le bloc lyonnais. Mike (Maignan) nous maintient bien dans le match au début. Nous avons été plus poussifs en seconde période avec un bloc qui a reculé. Mais j'ai trouvé mes joueurs déterminés et bien physiquement ».

> Le gros coup du LOSC à Lyon !

Girondins de Bordeaux
-
Nîmes Olympique
: 6 - 0


Paulo Sousa (entraîneur des Girondins de Bordeaux) : « Ça a été un super match surtout après le 2e but. Avant ça, l'équipe a manqué de vitesse. On a essayé de prendre confiance en ne perdant pas les ballons. Notre circulation n'était pas rapide ni verticale. Quand on a commencé à jouer verticalement au milieu, on a vraiment fait du mal à notre adversaire. Après le 2e but, l'équipe était plus confiante, a étiré le jeu, a joué entre les lignes, avec un changement de vitesse, de dernières bonnes passes. Josh (Maja) est un de nos meilleurs joueurs au niveau de la finition. Chaque fois qu'il travaille bien sur le premier contrôle de la balle, il n'a pas besoin de beaucoup d'espaces pour bien finir.
On est sur le bon chemin, dans la mentalité, au niveau de notre principe de jeu. Il va y avoir encore beaucoup de difficultés dans tout ce championnat. On doit continuer de s'améliorer. Le prochain match à Marseille est très excitant, ils sont forts, motivés, avec un effectif et des individualités très fortes. On arrive avec une bonne motivation et de la confiance ».

Bernard Blaquart (entraîneur du Nîmes Olympique) : « On a été mauvais, très mauvais, très très mauvais. L'équipe a sombré, j'espère qu'elle a touché le fond, qu'il n'y a pas plus bas. Des explications, j'essaye d'en trouver mais ce n'est pas facile. C'est une défaite qui peut laisser des traces. On a la chance dans le football de rejouer rapidement derrière, c'est là qu'on verra si ça a laissé des traces. Ou on s'en fout ou on est touché. Les joueurs ne s'en foutent pas, ils sont touchés ce soir. De l'impuissance ? Oui quand on est entraîneur d'une équipe qui ne gagne pas, que ça se produit et se reproduit... On essaye de trouver les petites choses qui peuvent faire changer mais est-ce qu'on en est capable, est-ce que j'en suis capable ? La décision (de démissionner) ne m'appartient pas. Je ne peux pas abandonner les joueurs sauf s'ils viennent me voir et me disent "coach, vaut mieux que vous arrêtiez". Il y a le président qui peut prendre des décisions mais de mon fait, je ne vais pas quitter le navire, ça ne se fait pas. C'est une des pires soirées que j'ai vécue ».

> Une soirée, deux triplés à Bordeaux et Brest

Angers SCO
-
Olympique de Marseille
: 0 - 2


Stéphane Moulin (entraîneur d'Angers SCO) : « Il faut féliciter Marseille, et leur entraîneur, car je pensais qu'ils allaient s'y prendre autrement: ils avaient d'autres armes pour nous battre. Et le résultat leur a donné raison. Ils ont très bien défendu, tous ensemble, et ils se sont focalisés sur ce domaine-là. Ils m'ont surpris, car renoncer au jeu comme ça, avec la qualité qu'ils ont, c'est très fort. Ce n'est pas une critique, car c'est très fort de convaincre de tels joueurs de ne pas garder le ballon. On a eu la première occasion, et tout peut changer si Mandanda ne fait pas ce premier arrêt (sur la tête de Capelle en début de match, ndlr). Ils ont bien profité de nos deux erreurs, il y a eu un grand manque de concentration de notre part. J'aurais bien aimé voir le match continuer sur les bases du premier quart d'heure. On n'a jamais eu 70% de possession de balle depuis cinq ans en Ligue 1 Conforama, et à chaque fois on a perdu la balle dans les 25 derniers mètres, dans ces espaces où il faut être très juste. Des centres trop courts, un manque de justesse technique qui efface tout le reste. Ça ne retire rien à mes joueurs, je n'ai rien à leur reprocher ».

André Villas-Boas (entraîneur de l'OM) : « On a donné volontairement le ballon à Angers et on attendait des erreurs de leur part dans la construction. Ca a marché. Le premier but a aussi été décisif, c'est une belle frappe de Sanson, et il change les choses pour nous. Après, on voulait rester avec un bloc compact pour ne pas leur donner trop d'espaces, on était bien placés, bons en contre-attaque, et c'est une belle victoire, importante, dans un style différent. En deuxième période, Dario (Benedetto) était un peu seul pour mettre la pression à leurs deux défenseur centraux, alors on a fait monter Sanson en numéro 10 et ça a marché aussi. C'est bien d'avoir un groupe qui suit l'entraîneur, le staff, qui accepte la méthode. C'est un moment d'empathie très important, et si on arrive à battre aussi Bordeaux dimanche, ça peut permettre d'écarter les autres, de se créer un peu de marge avant les fêtes. Payet nous apporte beaucoup d'intelligence, de créativité, et il est aussi dans une bonne série pour les penalties. La position du PSG ne nous occupe pas l'esprit, notre objectif c'est de finir deuxièmes à la fin du championnat. Ce serait un très bon résultat ».

> La passe de cinq pour l'OM !

Stade Brestois 29
-
RC Strasbourg Alsace
: 5 - 0


Olivier Dall'Oglio (entraîneur du Stade Brestois 29) : « C’est sûr qu’aujourd’hui on a fait un match plein. On a fait un match intense, concentré. On a eu des occasions, on les a mises au fond. C’est un match complet, on n’a pas eu de trous. Ça veut dire aussi qu’on commence à apprendre. Je n’étais pas vraiment satisfait du match de Marseille et là j’ai retrouvé d’autres valeurs. Au-delà des performances individuelles des uns et des autres, je retiens le collectif. J’ai vu des buts qui partaient de derrière et qui finissaient sur une touche dans les 18 mètres adverses. J’apprécie ce genre de prestation. Je ne veux pas sortir un joueur en particulier, même si Cristian (Battocchio, auteur d'un triplé) a fait un match extraordinaire, à l’image de toute l’équipe ».

Thierry Laurey (entraîneur du RC Strasbourg Alsace) :  « Quand on ne respecte pas le plan de jeu mis en place, qu’on ne respecte pas le football et qu’on fait preuve de légèreté face à une équipe très rigoureuse, très agressive, on explose en plein vol. C’est une grosse claque ce soir. C’est totalement anormal de notre part de se comporter de la sorte. On a pensé qu’on allait dicter notre loi ici et que ça allait se passer tranquillement alors que ce n’était pas du tout ça qui était prévu. C’est une claque comme je n’en avais jamais pris depuis que je suis à Strasbourg. Ça prouve que dans le football, il faut être concentré de la première à la 95e minute. Ce soir, on a pris une leçon des Brestois à ce niveau-là. Même à 4-0, on les a vus défendre et s’arracher. Ils ne nous ont pas laissé un ballon facile, contrairement à nous. C’est une grosse désillusion pour nous ce soir. Tout le monde a été défaillant, l’entraîneur aussi. C’est une bonne leçon. On a donné le bâton pour prendre des coups et Brest s’en est servi. Ça fait mal » .








L'email a bien été envoyé
OK
  • Partenaires Canal Plus BeIn Sport Conforama Uber eats Fiat Tipo TAG HEUER ballon uhlsport la poste