Edmilson : «L’OL a toujours su recruter de bons Brésiliens»

Edmilson (OL)
Ligue 1 Conforama
25/06/2019

L'ex-défenseur brésilien de l'Olympique Lyonnais livre son regard sur l'actualité de la Ligue 1 Conforama. Des liens entre son pays natal et le championnat à Marquinhos, en passant par son avenir.

Champion du monde avec le Brésil pendant son passage à l'Olympique Lyonnais (2000-2004), le nouvel ambassadeur de la LFP Edmilson continue à suivre l'actualité du club rhodanien et de la Ligue 1 Conforama de près, alors que l'OL vient de recruter l'un des ses compatriotes, Jean Lucas, après avoir intronisé le duo auriverde Juninho-Sylvinho fin mai.

> Les Brésiliens de l'OL

Grâce notamment au travail de Marcelo, il y a une véritable tradition brésilienne à l’OL depuis des années. Suivez-vous de près vos compatriotes de l’équipe actuelle Rafael, Marçal et Marcelo ?
Rafael et Marcelo sont des joueurs que je connais depuis longtemps. Marçal, je le connais moins en revanche même si je sais qu’il est passé par Benfica. L’OL a toujours su recruter de bons joueurs brésiliens. Nous avons beaucoup de joueurs de haut niveau au Brésil. C’est plus cher de les prendre aujourd’hui mais les Brésiliens qui ont porté les couleurs de l’OL ont laissé de bons souvenirs. Beaucoup de joueurs offensifs brésiliens ont marqué le club par leurs buts ou leur leadership. Je pense notamment à Fred, Nilmar, Sonny Anderson ou Juninho. Aujourd’hui, les Brésiliens de l’OL jouent derrière mais j’espère que le club recrutera bientôt de nouveaux attaquants brésiliens.

« Alves toujours au niveau malgré son âge »

Lors de vos derniers matchs avec l’équipe du Brésil en 2007, vous aviez pour coéquipiers Daniel Alves et Naldo, deux joueurs qui sont actuellement en Ligue 1. Quels sont les Brésiliens de notre championnat que vous appréciez particulièrement ?
Je pense que Neymar est un joueur clé pour le PSG mais aussi pour la sélection brésilienne. Daniel Alves montre qu’il est toujours au niveau malgré son âge. Il est très bien revenu après sa blessure. Quant à Naldo, il a fait une très belle carrière en Allemagne, à Wolfsburg. On a de très bons joueurs en Ligue 1, beaucoup de Brésiliens.

Quels talents brésiliens voyez-vous exploser en Ligue 1 prochainement ?
Le Lillois Luiz Araujo. J’en ai entendu parler par mon frère quand il avait 15-16 ans car il est né dans le même village que moi. Il jouait alors à Mirassol, dans l’Etat de Sao Paulo. J’ai fait en sorte qu’il soit transféré à Sao Paulo mais je ne suis pas son agent. J’ai seulement donné un coup de main en jouant les intermédiaires. Il a très bien démarré dans le championnat brésilien avant de signer au LOSC. Ici, il s’est vite mis en évidence avant de se faire un peu plus discret. Mais c’est quelqu’un d’intéressant, avec un profil très offensif. Il est technique et il va vite.

Quelle image a-t-on de la Ligue 1 au Brésil ?
On voit le championnat de France comme un championnat au niveau élevé. Ce n'est pas pour rien qu'un joueur comme Juninho est resté neuf ans. Et ces dernières années, des Brésiliens comme Thiago Silva, Marquinhos, Daniel Alves, Thiago Motta ou encore Neymar ont choisi de venir ici. C’est vrai que la Ligue 1 est très regardée au Brésil, grâce notamment à Neymar. Sa présence attire le public brésilien.

« Claudio Caçapa sera un grand coach »

Quel défenseur vous ressemble le plus ?
J’aime bien la façon de jouer de Marquinhos. C’est un joueur très performant en défense centrale mais aussi au poste d’arrière droit et au milieu de terrain. Il est très polyvalent. J’aime aussi ce qu’il dégage. Il est sérieux et c’est un bon mec. Si j’ai été surpris de le voir aussi bon en milieu de terrain ? Pas vraiment car il a déjà joué dans cette zone avec les Corinthians, avant de rejoindre la Roma. Il est très technique et possède une grande intelligence de jeu, ce qui fait qu’il est capable de jouer à cette position aussi.

Claudio Caçapa, ton ancien compère de la défense centrale lyonnais, travaille désormais comme entraîneur adjoint à l’OL. Tu t’imagines faire comme lui ?
Non, je ne me vois pas entraîneur, ce n’est pas quelque chose que j’ai en moi. Je m’imagine davantage dans un rôle de dirigeant. Je parle souvent avec Claudio. Il est en train de passer ses diplômes et il en a bientôt terminé. Il a envie de devenir entraîneur principal un jour mais, pour le moment, il emmagasine de l’expérience. Ce sera un grand coach.

> Edmilson : «La France a été pour moi une porte sur le monde»

> OL : Officiel pour Jean Lucas








L'email a bien été envoyé
OK
  • Partenaires Canal Plus BeIn Sport Conforama Fiat Tipo TAG HEUER ballon uhlsport la poste