Dobrovolski, un Moldave à l’OM

Igor Dobrovolski, ancien joueur de l'OM
Ligue 1 Conforama
22/03/2019

Avant Moldavie-France de vendredi, retour sur le passage d’Igor Dobrovolski en Ligue 1 Conforama sous les couleurs de l’OM au début des années 90.

Ancien sélectionneur de la Moldavie, qui affronte ce vendredi les Bleus en qualification à l’Euro 2020, Igor Dobrovolski est le plus connu des Moldaves en France. Et ce, pour avoir évolué six mois sous les couleurs de l’OM entre décembre 1992 et mai 1993, en profitant au passage pour ajouter une belle ligne à son palmarès de joueur avec la Ligue des Champions. Avec un match au compteur dans la compétition européenne (face au CSKA Moscou), le gaucher de talent de l’ex-URSS – génération championne olympique en 1988 - a donc fait partie des 21 champions marseillais.

En Ligue 1, Dobrovolski a peiné à se faire une place dans l’effectif de top niveau européen de l’OM, avec les Boksic, Völler, Pelé… Toutefois titularisé dès son arrivée du Genoa en Serie A lors d’une victoire contre Valenciennes au Vélodrome (2-1), le milieu offensif a inscrit son seul et unique but deux mois plus tard lors d’un festival contre le Nîmes Olympique (6-1), en reprenant un corner mal renvoyé par Lionel Perez. Sa dernière apparition est intervenue le 1er mai 1993 face à Strasbourg (5-0), avec une vingtaine de minutes de jeu. Un maigre bilan suffisamment explicite pour dire que la carrière française de Dobrovolski n’a été ni une franche réussite, ni à la mesure du talent d’un joueur qui avait été séduisant avec la CEI à l’Euro 92.

« Dobro » en joker à l’OM


Car à son arrivée, tout Marseille s’interrogeait sur l’identité du « joker » qui allait signer à l’OM, alors en pleine campagne européenne. Les rumeurs évoquaient des noms comme ceux de Savicevic, Moravcik ou encore Mijatovic pour finalement voir débarquer Igor Dobrovolski. « Chacun croyait avoir sa petite idée sur le joker, mais personne n'a jamais évoqué le nom de Dobrovolski », confiait à l’époque Didier Deschamps, alors capitaine de l’OM. « Maintenant qu'il est là, ce sera à lui de s'adapter à l'équipe. » Malheureusement, cela n’a jamais été vraiment le cas.

D’ailleurs, lors de sa conférence de presse de présentation, Igor Dobrovolski évoquait ce type de difficultés en rappelant : « Je n’ai pas été brillant en Italie, mais j’entends m’imposer à l’OM ». Celui qui avait en revanche éclaboussé le championnat suisse de sa classe slave avec le Servette (meilleur joueur étranger) n’a pas atteint ses objectifs avec une productivité insuffisante pour un successeur de Dragan Stojkovic au club. Malgré tout, « Dobro » demeure 25 ans plus tard le Moldave le plus connu de France.

> Deschamps : rester jusqu'en 2022 ne «me déplairait pas»








L'email a bien été envoyé
OK
  • Partenaires Canal Plus BeIn Sport Conforama Fiat Tipo TAG HEUER ballon uhlsport la poste