Bordeaux : Kalu a pris le relais

Samuel Kalu (FC Girondins de Bordeaux).
Coupe de la Ligue BKT
30/01/2019

Par AFP

Avec l'hiver, l'ailier nigérian Samuel Kalu est sorti de l'ombre pour porter à son tour Bordeaux, attendu mercredi à Strasbourg en demi-finale de la Coupe de la Ligue BKT.

Un bijou de frappe enroulée pour débloquer l'acte 2 du duel face au Havre AC (1-0) au tour précédent ; un passement de jambes suivi d'une accélération décisive pour faire tomber le Dijon FCO (1-0) il y a dix jours en Ligue 1 Conforama. Sans parler de ces deux buts inscrits contre l'Amiens SC (1-1) et Angers SCO (2-1)... Samuel Kalu fait admirer une technique brillante. Et efficace.

A 21 ans, le Nigérian est catalogué ailier. C'est aussi un excellent centreur (14 passes décisives en un an et demi à La Gantoise). Ces qualités lui ont permis de prendre, avec l'arrivée des premiers frimas, le relais de Kamano, mais aussi du talentueux mais irrégulier Yann Karamoh.

Désormais Kalu joue un peu le rôle de baromètre des Girondins. « Baromètre ? C'est un mot original pour le décrire », coupe Gernot Rohr, le sélectionneur des Super Eagles qui lui a offert sa première cape en septembre dernier, « un rêve » pour le joueur et « une fierté » pour sa famille.

« Il explose cette année, je le trouve bon, rapide, en progression, épanoui », poursuit le technicien franco-allemand, qui loue « son super état d'esprit et sa facilité d'intégration » depuis qu'il a rejoint la sélection, où il est utilisé parfois en milieu central, voire en piston sur un côté.

Habitué du Matmut Atlantique - il réside sur le Bassin d'Arcachon quand il est en France - Rohr a vu marquer trois fois son protégé dont il reste à l'écoute. Surtout, il a remarqué « ses accélérations magnifiques ».

« Arme redoutable »


« On sent un joueur à gros potentiel », résume-t-il. « Il s'affirme, il a trouvé ses marques, il est intégré, à l'aise, c'est ce qu'il m'a dit. Techniquement, ses contrôles en pleine course sont de haut niveau, il sait enrouler le ballon. Il est collectif tout en étant capable de prendre ses responsabilités (...). C'est une arme redoutable ».

Seul bémol, « Samuel ne demande pas assez le ballon à mon goût, il doit davantage le solliciter. Ça viendra quand il aura plus de personnalité ».

Pour l'heure, la barrière de la langue l'empêche aussi de se livrer complètement. Même si l'attaquant Jimmy Briand souligne qu'il « rigole beaucoup à ce qu'il comprend ».

« Il nous fait vraiment beaucoup de bien en ce moment », poursuit l'ancien guingampais. On travaille beaucoup avec lui pour qu'il fasse les bons choix, individuels ou collectifs. C'est encore un jeune joueur qui apprend ».

Cet automne, le staff bordelais l'avait préservé au regard de son calendrier démentiel entre Ligue 1 Conforama, UEFA Europa League , voyages au Nigeria et rencontres de sélections, et de son parcours pro (D1 slovaque, D1 belge avant de rejoindre les Girondins).

Mais « on s'est aperçu que plus il joue, mieux il est, note l'entraîneur Éric Bedouet. C'est quelqu'un qui aime bien enchaîner. En début de saison, il avait eu une bonne période quand il jouait plus ».

RC Strasbourg Alsace
-
Girondins de Bordeaux







L'email a bien été envoyé
OK
  • Partenaires BKT France TV Canal Plus Fiat Tipo triangle interim TAG HEUER umbro la poste