La LFP soutient le Bleuet de France – Épisode 2/5

Actualité
05/11/2018

À l’occasion de la 13e journée de Ligue 1 Conforama et la 14e journée de Domino’s Ligue 2, la LFP et les clubs professionnels s'associent au Bleuet de France pour venir en aide aux victimes de guerres et d'attentats.

À cette occasion, en partenariat avec l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONACVG), la LFP publie une série d’articles pour accompagner le travail de mémoire de l’association et mieux faire connaître le rôle du football dans ces événements historiques qui ont marqué la France. Ce deuxième épisode est consacré à « Mémoire et Histoire dans les centres de formation ».

Mémoire et Histoire dans les centres de formation
La Coupe de France, connue aussi sous le nom de Coupe Charles Simon, a été créée en 1917. Intrinsèquement liée à la Première Guerre mondiale, l'idée est alors de lancer une compétition nationale ouverte à chaque club, quel que soit son niveau. Cet élan s’inspire directement de la symbolique de l'Union sacrée qui transcende tous les clivages sociaux ou géographiques, de la même manière que tous les hommes, quelle que soit leur origine, sont appelés à combattre ensemble sous le même drapeau. Le nom de Charles Simon, dirigeant du football français, mort au champ d'honneur en 1915, est d’ailleurs toujours gravé sur la Coupe.

L’histoire du football est étroitement mêlée à celle des conflits contemporains. Plusieurs clubs existaient avant 1914. De ce fait, de nombreux footballeurs furent appelés sous les drapeaux et connurent l'horreur des combats de la Grande Guerre. Parmi eux, on dénombre ainsi 22 membres de l'équipe de France tués. Plus tard, la Seconde Guerre mondiale consolide l’engagement des footballeurs puisqu’ils furent plusieurs à rejoindre la Résistance.

C'est cette histoire et cette mémoire méconnues qui sont transmises aux centres de formation des clubs professionnels ainsi qu'aux pôles espoirs. Un module « Football et Mémoires » a été initié par l'Office nationale des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG). Il s'inscrit dans le programme « Open Football Club », élaboré par le Fondaction du football et soutenu par la LFP. Ce programme a pour objectif, en s'appuyant sur des partenaires-experts, de proposer aux jeunes footballeurs une ouverture culturelle, sociale et citoyenne.

Cette sensibilisation historique a déjà été menée dans divers centres de formation, et notamment au FC Sochaux-Montbéliard, Montpellier Hérault SC, Paris Saint-Germain, Stade de Reims, Stade Malherbe Caen et Stade Rennais FC.

Ce module peut s’accompagner d’une extension mémorielle, à l’instar des jeunes du Stade de Reims qui ont décidé de se déplacer à Verdun en 2017. Les U19 ont ainsi pu se recueillir sur le lieu de la bataille éponyme qui a opposé les troupes françaises et allemandes. Point d’orgue de cette journée : la visite de l'Ossuaire de Douaumont fut un moment fort en émotion. Une évocation des footballeurs tombés pour la France a permis de faire comprendre aux jeunes l'aspect universel de la guerre totale de 1914-1918.


Les U19 du centre de formation du Stade de Reims à Verdun.


De même, les U15 du centre de formation du Paris Saint-Germain ont choisi les plages du Débarquement en Normandie pour une sensibilisation mémorielle. Le matin, les jeunes ont visité le cimetière américain de Colleville-Montgomery. Là, ils se sont initiés au cérémonial de recueillement des familles américaines sur la tombe de leurs aïeuls. Il s'agit de remplir les lettres gravées sur les croix du soldat avec du sable de la plage d'Omaha Beach, située en contre bas. L'après-midi s'est poursuivie par une visite du Mémorial de Caen, ponctuée par la présentation d'une exposition sur la pratique du football en Normandie pendant la Seconde Guerre mondiale.


Les U15 du centre de formation du Paris Saint-Germain à Omaha Beach
Les U15 du centre de formation du Paris Saint-Germain à Omaha Beach.

En Bretagne, ce sont les jeunes du centre de formation de l'EA Guingamp qui ont fait le déplacement jusqu’au musée de la Résistance en Argoat. C'est là que se trouvait un maquis dans lequel de très jeunes footballeurs guingampais s’étaient engagés. Le dénouement tragique fit perdre la vie à nombres d'entre eux au cours du mois de juillet 1944.

Enfin, les U16 du centre de formation de l'Amiens SC se sont rendus sur le Mémorial de Vimy, après avoir visité la nécropole nationale de Notre-Dame de Lorette. Cette sortie mémorielle avait pour fil conducteur le souvenir des fraternisations de 1914 par le football. Un monument existe en effet, pour commémorer cet instant unique dans la guerre, qui, en marge de combats terribles qui opposèrent les deux belligérants, permirent aux soldats des deux nations de se rejoindre, lors de la "trêve de Noël", pour échanger des denrées, des photos, et parfois pour disputer un match de football improvisé au milieu du no man's land.

Plusieurs clubs ont d’ores et déjà manifesté leur intérêt pour inclure ce module dans le programme de formation de leurs centres, en déclinant, en fonction de l’histoire du club, des sorties mémorielles autour d'une cérémonie, d'un lieu de mémoire ou encore d'une pièce de théâtre historique. Pour que les jeunes sportifs puissent prendre conscience que l'histoire du football est étroitement lié à l'histoire des conflits contemporains.

> Retrouvez les autres épisodes de la série « Football & Mémoire » 

> Si vous souhaitez vous aussi soutenir l’association, faites un don sur le site de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre.








L'email a bien été envoyé
OK