LFP
Actualité

OUEDEC : «LA CHINE, IL FAUT LE VIVRE POUR LE CROIRE »

Publié le 30/07/2018 à 00h09 - LFP

Partager

Nicolas Ouédec, champion de Ligue 1 Conforama en 1995 avec le FC Nantes, a passé trois saisons dans le championnat chinois. L'ancien Canari y a connu deux clubs, devenant le premier Français champion de Chine en 2002.

Nicolas, quelle fut votre première réaction lorsque vous avez été contacté pour aller jouer en Chine ?
Au début, lorsque l'on m'a parlé de la Chine, j'avais quelques réticences. J'étais loin d'imaginer l'ampleur qu'avait ce sport là-bas. J'ai été bluffé (Il a évolué au Dalian Shide puis au Shandong Luneng, ndlr). Tout est très professionnel. Les infrastructures sont exceptionnelles ! C’est énorme, à l'image du pays. Le merchandising est très présent avec des magasins dans toute la ville. La Chine, il faut le vivre pour le croire.

Etes-vous arrivé en Chine avec un statut établi de star européenne ?
Pas du tout. En arrivant, j'ai été obligé de faire mes preuves. Si les dirigeants me connaissaient, les autres joueurs et les supporters ne savaient pas qui j'étais. Les six premiers mois, tout le monde vous observe, vous teste. Si un joueur étranger ne fait pas l'affaire, ils n'hésitent pas à le remplacer. Ce n'est que par le travail que j'ai pu obtenir un statut, pas avec mon nom. Cela m'a permis d'être élu meilleur étranger du championnat lors de ma première saison.

Comment étaient vus les footballeurs en Chine lorsque vous y étiez ?
Un peu comme en Europe ; les joueurs sont des stars. Lorsque vous vous baladez en ville, vous pouvez rapidement avoir 500 personnes autour de vous. La vision du football en Chine a beaucoup évolué, en grande partie grâce à la première participation du pays à la Coupe du monde 2002. Par exemple, le championnat de France était peu médiatisé à mon arrivée en 2002 – ils connaissaient certes Zidane et quelques grands noms, mais c’est tout l'intérêt pour le football français qui a été crescendo. Les Chinois se sont davantage ouverts vers les autres pays et se sont inspirés de ce qui faisait ailleurs.

LES PIONNIERS

Avant Nicolas Ouédec, le premier Français à avoir tenté l'aventure chinoise est Christian Perez. L'ancien Parisien a rejoint le club de Shanghai Shenhua en 1996, au début du professionnalisme en Chine (1994). Le défenseur Cédric Lécluse a, lui, passé six mois aux Cosco Shanghai (juillet 2002 à janvier 2003), club également fréquenté par Samuel Boutal, alors que l'équipe était sous la houlette de l'entraîneur Claude Le Roy. Enfin, entre mars et mai 2007, Laurent Leroy, ancien joueur du PSG, a évolué à Shanghaï où il possédait un contrat renouvelable chaque mois.

 

 

Ça peut vous intéresser !
Les contenus les plus consultés