Le Stade Rennais en pleine lumière

Actualité
13/05/2011

Après une saison test, le Stade Rennais FC a adopté la luminothérapie pour faire face au défaut d'ensoleillement chronique du Stade de la Route de Lorient. Un incontestable succès qui a permis au Stade Rennais FC de jouer sur un billard tout l'hiver.

Depuis plusieurs saisons, la pelouse du Stade de la Route de Lorient se portait pâle l'hiver venu, principalement pour des raisons liées à un problème d'ensoleillement sur la majeure partie du terrain. “L'ombre portée par la tribune Sud était telle qu'une partie du rectangle vert ne voyait jamais le soleil”, explique Karim Houari, le Stadium Manager du Stade Rennais FC. Plus que l'aspect esthétique, cette bande du terrain résistait très mal à la répétition des matches. Après avoir envisagé le passage au synthétique, le Stade Rennais FC a lancé à l'intersaison 2008/2009 un grand chantier de rénovation de sa pelouse. 

L'INRA comme expert

Après avoir solutionné les problèmes liés au compactage et à l'insuffisance de perméabilité de la pelouse avec notamment la pose d'un substrat élaboré dont la perméabilité est huit fois supérieure à la norme, le club breton a collaboré avec l'Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) pour s'attaquer au problème de l'ensoleillement. Une étude menée par l'INRA a ainsi permis de démontrer que le niveau de rayonnement journalier n'excédait pas un mégajoule alors que la pelouse a besoin pour pousser d'environ 3 mégajoules. Face à ce constat, une première solution consistait à installer des plaques en polycarbonates translucides sur la tribune Sud en remplacement des tôles de couverture. Devant le coût d'un tel investissement que le propriétaire du stade, la ville de Rennes, ne souhaitait pas prendre en charge, le club s'est tourné vers la luminothérapie, à l'exemple de ce qui se pratique dans les stades anglais et scandinaves. En France, le Stade Gerland à Lyon et le Stade de France de Saint-Denis ont également opté pour cette méthode.

Un essai transformé

Après un premier test concluant lors de la saison 2009/2010 avec la location de quatre rampes auprès des sociétés SGL et MLR, le Stade Rennais a pris la décision d'acquérir du matériel en vue de l'exercice 2010/2011. Aujourd'hui, grâce à 12 rampes fournies par la société Techni'Arena qui peuvent couvrir la moitié du stade, le club breton dispose d'une magnifique pelouse tout au long de l'année. “Nous sommes très satisfaits du résultat”, souligne Karim Houari. “Cette belle pelouse est un élément indispensable pour magnifier le spectacle sportif. Il faut que le football se déroule dans un bel écrin”. Logiquement, les rampes ont été quasi exclusivement déployées sur les zones non couvertes par la lumière naturelle, c'est-à-dire dans la partie ombragée par la tribune Sud. Utilisées de septembre à mars, elles ont permis une meilleure densité de pelouse, une meilleure résistance à l'arrachement et au piétinement. “Au cœur de l'hiver, les parties du terrain éclairées par les rampes de luminothérapie étaient d'ailleurs nettement meilleures que les zones de la pelouse éclairées par la lumière naturelle”, explique Karim Houari.

Un stade pilote pour la luminothérapie

Conséquence de cette très nette amélioration, le staff technique a très rapidement multiplié les entraînements au stade pour profiter au maximum des très bonnes conditions de jeu qu'offrait le stade par rapport au centre d'entraînement. “Entre le 5 janvier et le 2 mars, il y a eu un entraînement ou un match tous les quatre jours au Stade de la Route de Lorient”, précise Karim Houari qui prépare déjà l'hiver prochain. “Nous avons disposé sur le stade toute une série de capteurs qui enregistrent des informations pour optimiser la luminothérapie. C'est un cas unique en Europe. En Angleterre, on éclaire 24h sur 24 sans se préoccuper de l'impact sur la pelouse à long terme. Pour notre part, on fonctionne avec des cycles de 17h sur 24. On essaye de respecter le cycle végétal. On veut savoir si il est pertinent d'éclairer la pelouse selon la température extérieure, le température au sol, le niveau d'humidité”. Par cette démarche scientifique, le stade de la Route de Lorient est devenu le stade pilote en matière de luminothérapie pour le plus grand bonheur des joueurs, des spectateurs et téléspectateurs.








L'email a bien été envoyé
OK