FFF/LFP : plan commun pour la professionnalisation des arbitres

Arbitrage
20/04/2016

Eric Borghini, président de la CFA, Pascal Garibian, Directeur Technique de l'Arbitrage, et Didier Quillot, Directeur Général de la LFP, ont annoncé d'une voix commune la création d’un plan de professionnalisation des arbitres d'élite.

Les principaux points du projet de professionnalisation des arbitres :
-Mise en place d'un schéma évolutif sur trois ans. Ainsi, sur les 21 arbitres de l'élite, 10 vont intégrer une division spéciale baptisée "F1 élite" lors de la saison 2016/2017, puis 15 pour la saison 2017/2018, et enfin 21 pour la saison 2018/2019.

-Les arbitres, nommés pour deux saisons renouvelables, passeront 22 semaines de préparations à Clairefontaine pour entretenir leur condition physique, débriefer leurs performances, et préparer les matches du week-end.

-Le budget consacré à la rémunération des arbitres passera de 12 M€ cette saison à 14 M€ sur la saison 2016/2017, soit une augmentation de 17%. L’augmentation des arbitres Elite sera de 55% l’an prochain.

Eric Borghini (président de la Commission Fédérale des Arbitres et membre du Comité Exécutif de la FFF en charge de l'Arbitrage) :
« En juillet 2013, la grande réforme de l’arbitrage français a été votée. Et depuis, l’arbitrage français est en progrès constant. Ce projet est une révolution culturelle. Cela impact notre arbitrage et le met sur une trajectoire d’excellence voulue par Noël Le Graët. Ce projet met la France de l’arbitrage en pleine lumière. »  

Pascal Garibian (Directeur Technique de l'Arbitrage) :
« Le constat européen que nous avons fait a été très clair ; neuf fédérations sur les treize interrogées sont passées par étapes à la professionnalisation des arbitres ; à savoir des arbitres à temps plein. Autre constat fait en Europe de cette mise en place de la professionnalisation, l’amélioration des conditions de vie des arbitres et l’amélioration des rapports avec les acteurs : ce qui a permis une amélioration des performances des arbitres. C’est exactement ce que nous recherchons. Notre objectif est d’avoir des arbitres d’Elite, des professionnels à temps plein, et de renforcer l’expertise arbitrale. Même si aujourd’hui, nos arbitres de Ligue 1 se préparent comme des pros. Mais nous voulons aller plus loin ; améliorer les conditions d’exercice sur le plan social, plus de professionnalisation et établir un climat d’échange régulier entre les arbitres et les acteurs du football. Ce projet est donc là pour anticiper sur l’avenir, en préparant déjà l’arbitrage d’Elite dans un futur schéma employeur-salariés révolutionnaire. Ce schéma transitoire est dédié à améliorer les performances individuelles, mais aussi collectives. Les critères de sélections sont tout d’abord la position actuelle dans la hiérarchie nationale et internationale. Il faut attendre la fin du championnat pour choisir ceux qui feront partie de cette nouvelle élite.»

Didier Quillot (Directeur Général Exécutif de la LFP) :
« La Ligue soutient totalement le projet de la CFA et de la DTA. La professionnalisation est le sens de l’histoire. Nous avons donné immédiatement un accord de principe pour soutenir ce projet. La Ligue est un organisateur de spectacle. Le spectacle c’est avant tout le jeu, représenté par les joueurs et les arbitres. Et à ce titre, les arbitres doivent être aussi bien traité que l’ensemble des autres acteurs du jeu. Ainsi, nous avons décidé d’augmenter fortement le budget de l’arbitrage pour accompagner ce projet ambitieux. Dans le budget 2016/2017 voté par le Conseil d’administration, jeudi dernier, l’arbitrage est clairement une priorité. Le budget de l’arbitrage passera de 12M€ (2015/2016) à 14M€ (2016/2017), soit une augmentation de 17% ; et il atteindra plus de 15M€ sur la saison 2019/2020.

Un effort significatif va être fait sur la rémunération des arbitres. Pour les arbitres Elite, leur rémunération augmentera de 55% l’an prochain, et celle des non-Elite de 12%. Il y a un signe très clair de notre volonté de privilégier cette filière professionnelle Elite. Plus précisément, le revenu moyen annuel d’un arbitre Elite de LIGUE 1 passera de 83.000€ à 128.000€, d’un arbitre non-Elite central de LIGUE 1 de 83.000€ à 93.000€, d’un arbitre Elite assistant de 51.000€ à 79.000€ et d’un arbitre non-Elite assistant de 51.000€ à 57.000€. D’autre part, la rémunération d’arbitres de LIGUE 2 augmentera de 15%, dès 2016/2017. C’est un effort significatif à la mesure de ce que l’on veut ; à savoir des arbitres parmi les meilleurs au monde.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de relations normalisées et apaisées entre la LFP et la FFF. Je tiens à associer à ce projet des acteurs qui y ont participé, à savoir les clubs et en premier lieu Waldemar Kita (président du FC Nantes et représentant de Première Ligue), qui a été très contributif dans le sens de l’accélération de cette évolution, ainsi que le SAFE. Il est important que l’ensemble du corps arbitral soit associé et adhère à ce projet. Les acteurs de notre spectacle, les arbitres en premier, doivent être considérés et reconnus. Et s’ils le sont, ils seront bons ».








L'email a bien été envoyé
OK